Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

menu
  • Contact
  • Don en ligne
  • Horaires des messes
Newsletter
Don en ligne

Soutenez votre communauté

Faites un don

Horaires des messes

Retrouvez tous les horaires des messes

Messes.info

Nous contacter
Veuillez saisir votre nom complet
(Requis)
Veuillez saisir votre adresse courriel
(Requis)
(Requis)
Veuillez saisir le message que vous souhaitez envoyer.
Ou recherchez une personne dans l'annuaire du diocèse
Ou par téléphone : 03 84 21 67 67

Une formulation renouvelée du Notre Père

La sixième demande du Notre Père sera ainsi formulée : « et ne nous laisse pas entrer en tentation » et non plus « ne nous soumets pas à la tentation. ».

À partir du 1er dimanche de l’Avent (3 décembre 2017), en France, la nouvelle traduction du Notre Père remplacera de manière of - cielle l’ancienne formulation. C’est ainsi que la 6ième demande « Ne nous soumets pas à la tentation » devient « ne nous laisse pas entrer en tentation ».

La formule en usage depuis 1966, sans être excellente, n’était pas véritablement fautive d’un point de vue exégétique. Mais elle risquait d’être mal comprise en laissant penser que Dieu pourrait nous éprouver et être lui-même l’auteur de la tentation. Or tout ce qui fonde notre foi indique que ce ne peut pas être le sens de cette sixième demande. 

Ainsi dans la lettre de Saint Jacques il est dit clairement : « Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise : "Ma tentation vient de Dieu", Dieu, en effet, ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne » (Jc 1, 13). 

La nouvelle traduction, tout en respectant le sens du texte grec original, écarte donc l’idée que Dieu lui-même pourrait nous sou- mettre à la tentation. Le verbe « entrer » reprend l’idée ou l’image d’un mouvement, comme on va au combat, et c’est bien du com- bat spirituel dont il s’agit. 

En of cialisant cette nouvelle traduction, les évêques français la
présente comme devenant la traduction of cielle en usage « dans toute forme de liturgie publique ». Par ail- leurs, le Conseil d’Églises chrétiennes en France (CÉCEF) a recommandé l’utilisation de cette nouvelle formu- lation lors des célébrations œcuméniques qui auront lieu à partir de l’Avent 2017.

Fabrice Pichard, Inspecteur ecclésiastique de l'Eglise protestante unie de France pour la région Est-Montbéliard, nous a fait l'annonce que la décision était prise pour leurs communautés, de façon à faciliter nos assemblées com- munes de prière.

Une manière d’honorer l’invitation du Christ « Que tous soient un » (Jn 17, 21). 

Pierre Guilbert 

 

 

Plus d'informations