Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

  • Contact
  • Don en ligne
  • Horaires des messes
Newsletter
Don en ligne

Soutenez votre communauté

Faites un don

Horaires des messes

Retrouvez tous les horaires des messes

Messes.info

Nous contacter
Veuillez saisir votre nom complet
(Requis)
Veuillez saisir votre adresse courriel
(Requis)
(Requis)
Veuillez saisir le message que vous souhaitez envoyer.
Ou recherchez une personne dans l'annuaire du diocèse
Ou par téléphone : 03 84 21 67 67

Doyenné Hérimoncourt - Mandeure

Les 15 communes sont regroupées en 4 ensembles de paroisses avec14 lieux de culte et sont accompagnées par 4 prêtres.

Le doyen est le père Bernard WIMMER.

Le doyenné de Mandeure - Audincourt - Hérimoncourt comporte 6 communes urbaines situées dans les vallées du Doubs et du Gland, et 9 communes rurales. Petit en surface (97 km²), il est le troisième du diocèse par sa population (46.953 habitants). 
Très ouvrier : 45% des emplois, environ 8.400 personnes ; soit près de la moitié de la population active, travaille dans le secteur secondaire (industrie et construction), dont plus de 5300 dans l'industrie automobile. Une partie des ouvriers travaillent à Sochaux ou Montbéliard, davantage ont leur emploi dans les usines d'Audincourt de Valentigney (équipementier automobile) ou de Mandeure (Peugeot Motocycle - scooters). 
En 1990, la prépondérance du secondaire était encore plus accentuée : 2200 emplois de plus qu'en 1999. La perte a été en partie compensée par l'accroissement du tertiaire : + 1700 emplois.
Dans ce secteur urbain et industriel, la population avait considérablement augmenté depuis 1920. Les forges, les filatures, les usines Peugeot et leurs sous-traitants, beaucoup de PME avaient attiré d'abord un grand nombre de familles françaises. Sont arrivés ensuite, de 1920 à 1940 : Italiens et Polonais, puis, de 1950 à 1970 Portugais, Maghrébins, Yougoslaves et Turcs.

Depuis, de profonds changements sont intervenus dans le tissu industriel : disparition de l'usine des Forges, dont l'activité a marqué pendant trois siècles le vie d'Audincourt ; fermeture des filatures ; mouvement de restructuration et de délocalisation qui s'est poursuivi pendant la dernière décennie.

Le doyenné compte plusieurs quartiers à forte densité de logements sociaux, les Forges et les Champs Montants à Audincourt, les Buis et les Bruyères à Valentigney. Ce doyenné est le berceau de grands créateurs d'industries locales : les familles Japy et Peugeot. Seloncourt et Hérimoncourt accueillent aujourd'hui plusieurs grands établissements dépendant de l'ADAPEI. Les deux Lycée Professionnel d'Audincourt et le Lycée de Valentigney reçoivent 1500 élèves.

À part Mandeure, bastion du catholicisme, l'essentiel des communautés catholiques n'existe qu'à partir du milieu du 19ème siècle. Leur développement s'est manifesté par la construction d'églises dont certaines, comme l'Immaculée-Conception à Audincourt, une des premières en béton armé, et surtout celle du Sacré-Cour d'Audincourt, mondialement connue pour se vitraux de Fernand Léger, sont des témoins de leur esprit créatif. 
Le passé du doyenné a été très marqué par son enracinement profond au protestantisme, encore très affirmé du côté d'Hérimoncourt, plus rural qu'urbain. 
La religion musulmane dispose d'une mosquée à Audincourt.

Légende carte