2a Rue de la Résistance, 25150 Pont-de-Roide 03 81 92 40 59 paroisse-nd-chatey@diocesebm.fr

Deuxième dimanche du temps ordinaire

Comme cela a été souligné dans le mot d’accueil de cette célébration, nous entrons dans le temps dit ordinaire.
Après les fêtes de Noël, de la Sainte Famille, de l’Épiphanie et du baptême du Seigneur, nous poursuivons notre cheminement de foi dans le quotidien de notre vie.
C’est dans le quotidien de notre vie, dans ce qui semble le plus banal, le plus ordinaire que l’essentiel de notre existence prend toute sa consistance. Et la liturgie nous aide bien en cela. Regardons-y de près. Les passages bibliques de ce dimanche ordinaire nous le font comprendre. Venir à l’essentiel de notre vie. Et oui, regardons-y de bien près. Deux sens sont développés dans cette liturgie de ce deuxième dimanche du temps ordinaire. Vous les avez certainement trouvés : l’ouïe dans la première lecture et la vue dans l’Évangile.

C’est peut-être pourquoi l’apôtre Paul insiste tant sur notre corps allant jusqu’à affirmer aux chrétiens de Corinthe : « Votre corps est un sanctuaire de l’Esprit-Saint ». Ce corps, notre corps parfois si malmené, où certaines personnes ont perdu un temps le goût et l’odorat suite à la Covid 19 ou la grippe, d’autres c’est le toucher suite à un AVC. Et là, la liturgie nous invite, en ce jour, à rester attentif aux deux autres sens primordiaux dans nos relations : l’ouïe et la vue. Cette ouïe qui nous donne d’entendre bien des bruits et des sons, agréables ou pas du tout. Mais encore mieux la capacité d’écouter. De nous mettre à l’écoute des uns et des autres et pour nous rassemblés en Église, à l’écoute de notre Seigneur. A l’exemple de Samuel écoutant bien le prêtre Éli pour à sa suite pouvoir dire : « Parle, ton serviteur écoute ». Cette écoute déjà entre nous est si nécessaire. J’en suis bien conscient et directement concerné. Pas uniquement parce que comme plusieurs d’entre vous J’ai des difficultés auditives. Non, car l’écoute demande une grande attention.

Savoir écouter, cela est bien davantage que simplement entendre, comme nous le disons parfois : « entendre des bruits de couloirs ». « Tu vas m’écouter, pour entendre ce que je te dis ». Ainsi Éli, aide le jeune Samuel à entendre Dieu lui parler en se mettant d’abord à son écoute. Exercice bien difficile que nous avons à vivre dans le quotidien, le banal, l’ordinaire de notre vie de chaque jour. Il en est ainsi aussi pour la vue. Il ne suffit pas de jeter un coup d’œil, de regarder, mais nous sommes invités à voir. En jetant un regard, avons-nous vraiment vu ? Jean le Baptiste, lui, pose son regard sur Jésus, il prend le temps d’aller jusqu’à reconnaître qui est cet homme :

« Voici l’Agneau de Dieu ».

Et ensuite il invite ses disciples à voir le Messie.

Nos yeux sont si précieux, les personnes mettant des gouttes, se faisant opérer de la cataracte en savent bien des choses, ainsi que celles ne conduisant plus leur voiture de nuit, ou encore ayant des ennuis pour lire ! Voir avec les yeux, entendre avec les oreilles, corps membres du Christ avec l’apôtre Paul, si avec lui, nous voyons et écoutons avec le cœur. Vrai moteur qui rythme chaque instant de notre vie quotidienne. Sans lui, tout s’arrête ici-bas. C’est bien dans le quotidien, le banal, l’ordinaire de notre vie que Dieu vient nous rejoindre. Il nous appelle encore, comme André et son frère Simon. Il nous dit, personnellement : « Viens, et tu verras ».

C’est ce que nous sommes venus faire (ce soir) matin. Écouter Dieu nous parler.

Voir sa Présence au milieu de nous : « En effet, dit Jésus, quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux ».

En ce temps dit ordinaire, accueillons l’appel de Dieu envers nous et son regard qui se pose sur chacune et chacun d’entre nous.

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque semaine toute l'actualité catholique en Nord Franche-Comté

Je recherche