2a Rue de la Résistance, 25150 Pont-de-Roide 03 81 92 40 59 paroisse.nd.chatey@free.fr

28eme dimanche du temps ordinaire

Le rose est la couleur de ce mois d’octobre. Couleur de lutte contre la maladie.
Cette maladie qui touche une partie du corps humain.

Cette maladie qui se développe peut entraîner la mort, à l’image de la lèpre qui affectent encore bien des personnes dans notre monde.

Face à la maladie, l’âge, le sexe, le rang social peuvent laisser indifférents.

Ce sont dix lépreux nous dit le passage de l’évangile. Peu importe qui ils sont.

Tout vient à changer lorsque ceux-ci viennent à guérir. Nous découvrons alors, que parmi ces dix lépreux, l’un vient à glorifier Dieu et que c’est un samaritain.

Comme déjà dans la première lecture, nous apprenons que le lépreux guéri, c’est un général syrien : Naaman.

Serait-il le fait que ces hommes soient guéris, que nous sachions leur nationalité, ou au contraire, qu’ils viennent à affirmer leur foi ?

Naaman « au Seigneur Dieu d’Israël », ce samaritain en Jésus.

En effet, ces deux hommes n’en restent pas à ce qui se réalisent en eux : la guérison. Mais ils viennent à s’attacher à Celui qui les guérit.

Par Élisée, Naaman vient à reconnaître l’action de l’Unique Dieu en sa personne : « Je le sais ; il n’y a pas d’autre Dieu, sur toute la terre, que celui d’Israël ».

Et ce samaritain, vient à reconnaître, en Jésus sa divinité

« Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce ».

Bafouant ainsi, en quelque sorte, cette réponse de Jésus dans le désert donné au diable : « C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte ».

Ces hommes reconnaissent que leur guérison vient de Dieu Lui-même : Dieu Unique, Dieu Jésus.

Pour ce samaritain, ce n’est plus ce que Jésus a fait pour lui qui prendre de l’importance, mais qui Il est.

Dieu n’est plus à chercher auprès des prêtres, mais bien en Jésus, ce maître, vers lesquels, nous nous rappelons, les dix lépreux sont venus comptant pouvoir être soignés.

Un seul vient à reconnaître son véritable sauveur en la personne même de Jésus, c’est pourquoi Jésus peut venir lui dire : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé ».

Car tu crois en Moi.

Et c’est ce que l’apôtre Paul veut souligner dans sa deuxième lettre à son ami Timothée. Notre foi à mettre en « Jésus-Christ, ressuscité d’entre les morts »

Cette foi, cette confiance, qui offre bien au-delà de la guérison de nos corps souffrants, mais bien « le salut qui est dans le Christ Jésus, avec la gloire éternelle ».

Le rose, couleur de ce mois d’octobre, peut bien venir à disparaître dès le mois de novembre. Le principal c’est que demeure en nous la lumière de la foi : « Bien aimé, souviens-toi de Jésus-Christ ressuscité d’entre les morts, le descendant de David : voilà mon évangile ».

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque semaine toute l'actualité catholique en Nord Franche-Comté

S'INSCRIRE

Je recherche