Quatorzième dimanche du temps ordinaire

Actualités

Publié le 1 juillet 2022

« Votre paix ira reposer sur lui » (Lc 10, 1-9)

Les soixante-douze disciples que Jésus envoie dans l’Évangile d’aujourd’hui seront les précurseurs de milliers et de milliers d’autres dont nous sommes. Les missionnaires partent avec deux conseils : « Dites d’abord : ‘paix à cette maison’ ; et « dites leur ‘le Règne de Dieu s’est approché de vous’ ». Que veut dire que le Règne de Dieu s’approche ? Osons-nous le croire encore aujourd’hui ?

Prédication du père Louis Groslambert pour le quatorzième dimanche du temps ordinaire



Les missionnaires partent avec deux conseils : « Dites d’abord : ‘paix à cette maison’ ; et « dites leur ‘le Règne de Dieu s’est approché de vous’ ». Donc, obéissant au 1er conseil, je vous souhaite la paix ; je vous souhaite d’être en paix avec vous-mêmes, avec les autres et avec Dieu ; je vous souhaite d’être bien dans votre peau. Et obéissant au 2ème conseil, je vous annonce que ‘le Règne de Dieu s’approche’.


Que le Règne de Dieu s’approche, ce n’est pas une évidence. Certains pensent que, par le passé, les mentalités étaient davantage marquées d’esprit chrétien, et, en observant le matérialisme ambiant, les violences et les injustices, ils diraient peut-être que le Royaume de Dieu s’éloigne. Si Saint Luc dit que le Royaume s’approche, il faut le croire. Je pense que c’est la Bonne Nouvelle du jour.


On se souvient des paroles de Jésus « rendez à César … rendez à Dieu ». On conclut peut-être que le domaine spirituel et le domaine matériel sont des rivaux, et que, quand l’un prospère, l’autre régresse. Non. Car le domaine du spirituel se manifeste toujours dans le corporel et même le matériel, comme à la messe, le Christ se manifeste dans le pain. Ainsi Dieu se manifeste dans la création et dans les personnes et dans leurs relations. C’est pourquoi Dieu s’intéresse au domaine de César, au domaine de la politique, au domaine de l’économie. Dieu est présent dans ces domaines ; son royaume y est déjà présent. La preuve, c’est que quand Jésus invite à prier pour que davantage de disciples se mettent au travail, il souhaite non pas davantage de semeurs mais davantage de moissonneurs. Ainsi, il manifeste que Dieu fait le travail de semailles… c’est à dire que le royaume de Dieu est déjà là, et qu’il ensemence l’humanité d’un énorme potentiel d’amour. L’Esprit d’amour remplit l’univers.


Le Royaume de Dieu s’approche tout seul, par l’action irrésistible du Saint Esprit en toute personne. Il reste à l’accueillir en devenant ses collaborateurs. Le Seigneur dit « Je dirige vers mon peuple une paix abondante comme un fleuve » ; c’est enthousiasmant, mais il faut encore que tous deviennent artisans de paix ; le Seigneur dit « je vous consolerai » ; c’est séduisant… mais il faut encore que tous fassent que l’Église soit un hôpital de campagne. « Priez le maître d’envoyer des ouvriers », priez pour que tous tiennent leur rôle dans la survenue du Royaume de Dieu.


Cela se fait facilement. Quand les gens disent ’paix’ à leur voisin, ils aident les voisins à comprendre que le Royaume de paix s’approche. Quand des parents parlent avec leurs ados, ils développent le Royaume de Dieu ; Quand des gens mariés se soutiennent fidèlement pendant des décennies, ils développent le Royaume de Dieu. Quand des gens se rendent disponibles pour rendre service, ils montrent que le Royaume de l’amour n’est pas loin.


Dans les propos de Jésus, il y a une note surprenante ; Jésus dit : « je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ». Il y a des loups, des gens qui ne veulent pas que Dieu règne, que le service soit supérieur à l’égoïsme, que l’humilité soit supérieure à l’orgueil Au milieu des loups, l’agneau sait qu’il a perdu d’avance. Doit-il renoncer à partir en mission ? A chaque messe, nous disons que l’agneau pascal s’est trouvé au milieu d’un tribunal de loups qui jugeait sans justice, et que même là, il avait une sécurité jamais démentie : l’amour du Père. On pense que pour être respecté il faut être dominant, plus loup que les loups, rendant l’insulte pour l’insulte ; or l’agneau Jésus a été victorieux des loups par la force de l’amour du Père. Cette force d’amour accompagne encore les missionnaires.
Rendons grâce au Christ : il est avec ses missionnaires, tous les jours, pour que la paix coule plus abondamment qu’un fleuve, pour que les hommes soient comblés de bénédictions : Rendons grâce au Seigneur notre Dieu ! 

Méditer avec l’émission Parole pour un dimanche sur RCF

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque semaine toute l'actualité catholique en Nord Franche-Comté

S'INSCRIRE

Je recherche