Quatrième dimanche de l’Avent

Actualités

Publié le 15 décembre 2022

« Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse. » 

En croyant à la fidélité de Marie, son épouse qui n’était pas enceinte de lui, Joseph a obéi à la voix du Seigneur et non pas au bon sens. Aujourd’hui, Dieu nous dit ce que l’ange disait à Joseph : « ne crains pas ». En faisant confiance à la Parole, comme Joseph, nous devenons capables de mettre le Christ au monde. En recherchant la paix et la fraternité envers et contre tout, en aidant les autres à vivre, nous rendons tangible l’amour de Dieu.

Homélie du père Louis Groslambert pour le troisième dimanche de l’Avent

Permettez-moi de rappeler que pendant l’Avent, nous fêtons trois venues du Christ. Nous ne nous concentrons pas seulement sur la venue de Jésus à Bethléem, quand il a fait sa première venue ; nous regardons aussi comment en tant que ressuscité il vient chaque jour visiter l’humanité et nous regardons aussi vers le jour où « il reviendra dans la gloire » : ce sont ses trois venues.

Dimanche dernier, l’Évangile faisait regarder Jean Baptiste et donnait à entendre comment il invitait les gens à préparer le chemin, pour que le Seigneur vienne aujourd’hui, c’est-à-dire qu’il soit visible et reconnu ; aujourd’hui l’Évangile fait regarder Joseph et Marie, de sorte que nous voyions comment ils ont fait en sorte que celui qui porte tout l’amour de Dieu soit visible et reconnu.

D’abord, Marie. Elle avait donné son accord : « je suis la servante du Seigneur, je mettrai toute ma vie au service de la mise au monde de celui qui porte tout l’amour du Père ». On admire la disponibilité de Marie. Mais observons que pour mettre au monde tout l’amour du Père, elle n’a rien fait d’autre que ce que font toutes les mamans : elle a pris soin du bébé, préparé les repas, fait les lessives, conduit l’éducation, et continué de parler gentiment avec les voisines … Vous les parents et grands parents, en tenant votre rôle en famille, en pratiquant la confiance, la patience, le don de vous-mêmes, comme Marie, vous mettez le Christ au monde, vous rendez tangible l’amour de Dieu …. Bien sûr il faut que, comme Marie, vous fassiez cela sans orgueil, en toute douceur, avec modestie… comme des servants et servantes du Seigneur. Et vous qui pratiquez le bénévolat de toutes sortes de manières, vous diriez sans doute que vous ne faites rien d’extraordinaire ; mais Marie aussi ne faisait rien d’extraordinaire ! En aidant les autres à vivre, vous mettez le Christ au monde, vous rendez tangible l’amour de Dieu.

Joseph, lui, s’est trouvé devant une situation inhabituelle, du fait que son épouse était devenue enceinte miraculeusement. Lui aussi, en faisant confiance à la Parole de l’ange – c’est-à-dire à Dieu-, il a mis au monde cette attitude qui n’est pas « de ce monde », cette attitude qui appartient au Christ, lui que nous admirons parce qu’il « fait toujours ce qui plait au Père ». Ceci est remarquable ! Je suis loin de faire toujours ce qui plait au Père ! En croyant à la fidélité de Marie son épouse qui n’était pas enceinte de lui, Joseph a obéi à la voix du Seigneur et non pas au bon sens. Eh bien, aujourd’hui, je suis sûr qu’il y a beaucoup de personnes qui font de même : au lieu de refuser l’étranger (ce qui est le bon sens aux yeux de beaucoup), ils accueillent ; au lieu de tenir des propos racistes (ce qui est légitime aux yeux de beaucoup), ils pensent que tout homme est un frère ; au lieu de dire « moi d’abord » (ce qui est le réflexe commun), ils paient de leur personne pour d’autres… En un mot, ils mettent au monde les signes qui montrent que le Ressuscité est là.

Mettre au monde quelque chose du Christ, c’est aller à contre courant et affronter une opposition : c’est pourquoi Dieu nous dit ce que l’ange disait à Joseph : « ne crains pas ». Nous ne pouvons mettre au monde les signes de la présence du Ressuscité que si nous maitrisons le réflexe de la peur : « ne crains pas ». Comment chasser la peur ? En faisant confiance à la Parole, comme Joseph. Frères et sœurs, ne craignez pas ; vous aurez la joie de mettre au monde des trésors qui appartiennent à Jésus ; vos proches apprécieront de voir votre patience, votre douceur, votre recherche de la paix ; bref ils seront heureux de voir que l’amour de Dieu est présent près d’eux ; en un mot, vous serez utiles à la société. Et vous ressemblerez à Marie, la servante du Seigneur.

Méditer avec l’émission Parole pour un dimanche sur RCF :

Le Songe de saint Joseph, parfois appelé L’Ange apparaissant à saint Joseph, est un tableau de Georges de La Tour (1593-1652), peint entre 1640 et 1645. Il se trouve actuellement au musée d’Arts de Nantes.

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque semaine toute l'actualité catholique en Nord Franche-Comté

S'INSCRIRE

Je recherche