Septième dimanche de Pâques

Actualités

Publié le 27 mai 2022

« Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. »

Jésus souhaite que je sois aimé du même amour que lui. N’est-ce pas bouleversant ? Pour que nous soyons chrétiens, Dieu nous donne par la communion d’être un seul corps avec les autres qui partagent le même pain. C’est dans la communion, en ingérant le pain qui porte tout l’amour, que nous nous réjouissons que l’amour de Dieu vienne en nous. Dieu nous donne par la communion d’être reliés à lui comme toute rivière est reliée à sa source.

Prédication du père Louis Groslambert pour le sixième dimanche de Pâques

Frères et sœurs, bien des catholiques souhaitent mieux comprendre les gestes et les paroles de la messe. Eh bien les paroles de ce jour donnent l’occasion d’expliquer ce que nous faisons à toutes les messes.
Première réflexion : Vous venez à la messe pour prier. Pourquoi prier ? Parce que la rivière ne peut pas exister sans être en relation permanente avec sa source. Parce que l’homme ne peut pas être homme, fils de Dieu, sans être en relation permanente ou fréquente avec sa source, le Père. Jésus le premier, prie le Père ; il est en relation permanente avec le Père.

La seconde réflexion explique pourquoi nous prions pour l’Église, les pauvres, les responsables : c’est que, lorsqu’il prie, Jésus ne prie pas pour lui, mais pour que les baptisés se considèrent comme membres les uns des autres, membres du même corps. Dans le contexte du « chacun pour soi » qui conduit aux injustices, notre prière universelle est un remède face au mal du monde : qu’ils soient un ! Il ne s’agit pas de désirer une union pour être forts contre d’autres (ainsi que font les états, les communes ou les entreprises quand ils font des alliances pour faire face à la concurrence), il s’agit de demander d’être un pour que les relations au sein des familles, des villages, des églises… soient faites de compréhension, de soutien, de fraternité… pour que le monde croie au Dieu d’amour. Car l’unité dans l’amour est le principal argument missionnaire. Aller vers de telles relations, c’est en cela que consiste la véritable réforme de l’Église à laquelle nous contribuons à l’appel du Pape.


Une troisième réflexion est suggérée par la seconde lecture où figurait cette phrase : « L’Esprit et l’Épouse disent ‘viens’…Amen, viens, Seigneur Jésus ». L’Épouse, c’est l’Église qui est animée par l’Esprit : d’où l’expression « l’Esprit et l’Épouse disent ‘viens’ ». Vous reconnaissez l’acclamation centrale de la foi : nous disons « nous annonçons ta mort, nous proclamons ta résurrection, nous attendons ta venue ». L’identité de Jésus est dans ces trois verbes : il est mort, il est vivant, et il vient. En disant « nous annonçons ta mort, nous disons qu’à l’époque où Ponce Pilate était gouverneur, Jésus est mort pour montrer le plus grand amour, la plus grande fidélité, la véritable alliance ; en disant « nous proclamons ta résurrection », nous disons que, aujourd’hui, Jésus est ressuscité, actif, source de liberté et de lumière ; en disant « nous attendons ta venue », nous disons notre désir que l’histoire tourmentée de l’humanité trouve son accomplissement dans l’immense amour du Christ. « Viens Seigneur Jésus ; viens transformer l’univers ; viens rassembler ce que le mal a désuni »


Enfin, une quatrième réflexion est suggérée par la prière de Jésus : « Père, que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux ». Nous voyons bien qu’en mangeant, en ingérant le pain qui porte tout l’amour, nous nous réjouissons que l’amour de Dieu vienne en nous. Moi, je suis bouleversé que Jésus souhaite que je sois aimé du même amour que lui. En effet, je ne m’étonne pas que Jésus qui est le Fils très fidèle reçoive du Père un amour infini ! mais je trouve renversant d’apprendre que le désir du Christ soit que moi qui suis loin d’être le fils très fidèle, je puisse recevoir du Père un amour infini, le même amour que reçoit le Fils très fidèle. Or c’est pourtant cela qui est donné à la communion. Elle est grande notre vocation !


Puissions-nous penser à ceci, en venant recevoir le don de la communion A/ Que pour que nous soyons hommes, Dieu nous donne par la communion d’être reliés à lui comme toute rivière est reliée à sa source. B/ Que pour que nous soyons chrétiens, Dieu nous donne par la communion d’être un seul corps avec les autres qui partagent le même pain C/ Que pour que nous ayons de l’espérance, Dieu nous donne par la communion la perspective du Christ actif qui vient recréer le monde D/ Que par la communion, Dieu nous donne d’avoir en nous l’amour sans limite dont Jésus est aimé. « Viens Seigneur Jésus ! Viens faire tout cela ! »

Méditer avec l’émission Parole pour un dimanche sur RCF

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque semaine toute l'actualité catholique en Nord Franche-Comté

S'INSCRIRE

Je recherche