Solennité du Saint Sacrement

Actualités

Publié le 21 juin 2022

Depuis la réforme liturgique du concile Vatican II, la Fête Dieu est appelée « Fête du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ ». La Fête du Corps et du Sang du Christ commémore l’institution du sacrement de l’eucharistie. Elle est un appel à approfondir le sens de l’eucharistie et sa place dans notre vie. Cette fête est la célébration du Dieu d’amour qui se révèle en donnant son corps et son sang, en se donnant à nous comme nourriture de vie éternelle. Le sens de la fête du corps et du sang du Christ est un peu différent de celui de la Fête Dieu qui était plus centrée sur l’adoration de la présence réelle du Christ.

Prédication du père Louis Groslambert pour la solennité du Saint Sacrement

Vous, les enfants, vous serez d’accord avec moi si je dis que ce n’est pas vous qui avez fait vos parents qui vous prennent dans leurs bras, vos amis, vos professeurs… ce n’est pas vous, ni aucun homme qui a fait l’air qu’on respire, l’eau indispensable, les fruits à déguster, et les paysages majestueux qui éblouissent nos yeux, le soleil et la pluie tous les deux aussi indispensables,… et ce n’est pas vous qui avez modelé vos yeux si expressifs, votre intelligence si vive, vos muscles si forts, vos talents pour la musique ou le sport … Tout cela, c’est cadeau, c’est donné.
            Vous les parents, je suis sûr que vous apprenez à vos enfants à dire merci. Ainsi, vous leur apprenez à s’intéresse à la personne qui donne le cadeau et pas seulement à l’objet qu’elle a donné.   Alors, à bien y réfléchir, puisque les hommes n’ont rien par eux-mêmes, puisque aucun homme n’a fait l’air, l’eau, les visages…tout cela est donné. Donné par Dieu. Nous ne voulons pas jouir de tout cela sans dire merci à Dieu qui le donne. Quand Jésus prend le pain, il dit merci à Dieu et le bénit. A chaque messe, nous nous réunissons surtout pour dire merci à Dieu. Disons :
            Merci, Père, car tu nous donnes tout (bis par tous)
            Merci Seigneur, pour le monde et ses beautés (bis par tous)
            Merci Seigneur, pour les hommes qui ont l’amour dans le cœur (bis par tous)
            Ainsi Dieu nous donne tout… et comme dit l’évangile, il donne en surabondance, il donne tellement que les hommes n’épuisent pas ses dons ; il y a des restes ; l’évangile le dit. Après avoir donné le monde, les parents, la nourriture, l’intelligence, Dieu aurait pu dire « j’en ai donné assez ». Eh bien non ! Dieu nous a tant aimés qu’il nous a donné son fils, l’homme juste, l’homme fraternel, l’homme sans violence, sans racisme, l’homme aux mains innocentes, l’homme qui ne fait qu’aimer… Quel cadeau ! Jésus est un cadeau si beau que, dès que nous le voyons, lui, l’homme plein de justice, de prière, de fidélité, de miséricorde, nous avons envie d’être comme lui. C’est cette admiration de Jésus qui nous pousse à venir chaque dimanche à la messe. C’est que la messe n’est pas une option ; elle est indispensable à qui veut réussir sa vie, à qui veut être à l’image de Jésus. Disons encore :
            Merci, Père, de nous avoir donné Jésus (bis par tous)        

            Merci de nous donner l’envie de vivre comme Jésus (bis par tous)
            J’ai dit que, pour réussir notre vie, il fallait vivre à la manière de Jésus. Or nous n’y arrivons pas si nous ne recevons pas sa force, sa sagesse, son art de pardonner, …. Nous ne ratons notre vie chaque fois que nous faisons des choses qui font pleurer : c’est que nous sommes comme malades. Alors comme un médecin donne un remède à avaler, Jésus nous donne une nourriture à avaler. Jésus dit « prenez mon pain, prenez moi, et vous vivrez ». Et c’est vrai : notre prière a besoin d’être alimentée à la prière de Jésus ; notre pardon a besoin d’être alimenté au pardon de Jésus ; nos fidélités sont fragiles et nous les alimentons à la parfaite fidélité de Jésus. Disons ensemble
            Seigneur Jésus, nous vivons par toi (bis par tous)
            Tu es l’aliment qui fait grandir tout homme (bis par tous)

            Une observation : Quand on reçoit une personne, on met de l’ordre dans le salon, on range, on dispose des fleurs… Quand on reçoit Jésus, curieusement, il entre dans nos vies où tout n’est pas bien rangé ; et c’est lui qui met de l’ordre dans nos vies. Bien recevoir Jésus, c’est lui donner la permission de remplacer une pensée pas fraternelle par une pensée plus cordiale, de donner la force de corriger une mauvaise habitude, de mettre de la lumière là où l’égoïsme met de la nuit. Puisque nous voulons accueillir Jésus, disons-lui
.           Jésus met de l’ordre dans mon cœur (bis par tous)
            Jésus je veux te recevoir ; viens habiter en moi (bis par tous)

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque semaine toute l'actualité catholique en Nord Franche-Comté

S'INSCRIRE

Je recherche