Trente-deuxième dimanche du temps ordinaire

Actualités

Publié le 3 novembre 2022

« Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants » (Lc 20, 27.34-38)

Oui, notre Dieu n’est pas le Dieu des morts mais le Dieu des vivants ! Dans l’évangile de ce dimanche, Jésus est questionné par les saducéens sur la résurrection. Quand nous mourrons, un Amour nous attend !

Prédication du père Louis Groslambert pour le trente-deuxième dimanche du temps ordinaire

Vous savez qu’il y a des gens qui croient en Dieu et qui disent que quand nous mourons, Dieu nous laisse dans la mort ; il y en a d’autres qui disent que, quand nous mourons, Dieu nous ressuscite. Aujourd’hui, Jésus nous a parlé pour nous assurer que, quand nous mourons, un amour nous attend : quand nous mourons, Dieu nous ouvre ses bras, nous nous jetons dans ses bras, il nous embrasse et nous fait vivre. D’ailleurs, quand Jésus est mort, il s’est jeté dans les bras de Dieu le Père et Dieu le Père l’a fait vivre. Parce qu’un jour, il faudra nous jeter dans les bras de Dieu, dès maintenant, nous chantons « allons à la rencontre du Seigneur », nous serons vivants.

Par le baptême, par le catéchisme, par la communion… nous allons à la rencontre du Seigneur. Vous avez entendu la 1ère lecture ; il y est question de 4 frères ; ils ont dit pratiquement que si quelqu’un les fait mourir, ils vont à la rencontre du Seigneur et ils sont sûrs d’être accueillis par l’amour de Dieu. Leur profession de foi nous a émerveillés si fort qu’à la fin de la lecture, nous avons dit « nous rendons grâce à Dieu » ! Et déjà à votre baptême nous avons dit « nous rendons grâce » ; le jour où vous communierez nous chanterons encore « nous rendons grâce ». Nous rendons grâce parce que des frères et des sœurs nous disent leur foi en la résurrection. Nous mêmes, répétons : « Le roi du monde nous ressuscitera pour une vie éternelle » (bis par tous)

Pourquoi s’est-on mis à croire cela ? Si une personne s’est donné beaucoup de mal pour vous, vous allez vous sentir obligés de faire beaucoup pour elle. Eh bien, pareillement, quand des croyants ont préféré mourir pour rester fidèles à Dieu, les gens ont pensé que Dieu ne pouvait pas les abandonner et devait les ressusciter. Nous aussi, nous croyons que Dieu ressuscite les morts, qu’il les réveille de la mort, qu’il leur donne d’être vivants.

Le raisonnement fait sur l’histoire des martyrs semble dire que la résurrection est une récompense que Dieu offre à ceux qui ont été fidèles. Eh bien, Jésus est venu annoncer que Dieu ne nous ressuscite pas pour nous récompenser, mais qu’il donne par grâce, même quand l’homme ne mérite pas. Moi, qui n’aurai pas été martyr, je serai ressuscité non à cause de mes bonnes actions mais parce que Jésus a donné sa vie pour moi. Disons : « A cause de ton amour, je ressusciterai » (bis)
           

Personne ne peut faire une visite guidée du paradis qui attend les morts. Ceux qui ont essayé de faire une visite guidée du paradis ont imaginé l’au-delà à l’image de ce monde. Ainsi des gens disaient à Jésus que les hommes qui auraient été mariés plusieurs fois seraient polygames, ou que les estropiés seront estropiés pour l’éternité. Non, quand nous ressusciterons, nous serons transformés ; devenus semblables à Jésus, nous n’aurons plus de résistance à l’amour du Père ; il n’y aura plus en nous le poison de la rancune, le venin de la vengeance : on vivra par Dieu.



Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque semaine toute l'actualité catholique en Nord Franche-Comté

S'INSCRIRE

Je recherche