Deuxième dimanche du temps ordinaire

Actualités

Publié le 13 janvier 2022

« Tout ce qu’il vous dira, faites-le »

Le Christ ne fait rien sans les hommes. C’est pourquoi Marie nous avertit : si vous voulez que le maître miséricordieux vous transforme, « faites ce qu’il vous dira ». La preuve que la vie est changée quand on fait ce que Jésus dit, c’est que tout est changé quand interviennent des grands comme Mère Teresa, l’abbé Pierre, le P Pedro… et des discrets comme vous. Si nous pouvions faire toujours ce que dit Jésus, nous inonderions le monde de joie !

Prédication du père Louis Groslambert pour le deuxième dimanche du temps ordinaire

Que les courageux militants de la lutte contre l’alcoolisme ne croient pas que Jésus a changé l’eau en vin pour cautionner ou encourager la consommation abondante de vin ! Jésus est venu, je cite ses propres paroles, « pour que ma joie soit en vous et que vous soyez comblés de joie » En écrivant que Jésus donne le vin en abondance, st Jean dit qu’il donne en abondance, pas l’alcool, mais la vraie joie.


Et c’est bien utile. Car même si la télé nous présente des gens qui s’amusent, même si Charles Trenet chantait « Y a d’la joie », même si – quand il n’y a pas de Covid – les jeunes s’étourdissent au cours de soirées et de nuits, la joie n’est pas au rendez-vous ; je pense d’ailleurs que le désir de musiques fortes et la consommation d’alcool sont les symptômes d’un grand manque. Parle-t-on de l’avenir de la paysannerie, de l’alimentation, de la santé, de la paix, des quartiers victimes de la délinquance … il n’y a pas un secteur (politique, social économique, …) qui ne pose des questions angoissantes, pas un secteur où l’on avance sereinement vers l’avenir. Bien que les sociétés occidentales aient beaucoup de moyens, bien que certains acquièrent des propriétés, que d’autres reçoivent des éloges… tout a un goût fade comme l’eau. Les gens d’aujourd’hui sont comme les invités de Cana, dans l’impossibilité de se réjouir vraiment de la vie ; ils ont des coupes mais il n’y a pas de vin dans les coupes, il n’y a que de l’eau fade.


Que veut nous dire saint Jean ? Que Jésus change tout ! Il nous arrive de l’exprimer lorsque nous chantons « le monde ancien s’en est allé, un nouveau monde est déjà né ». Ce n’est pas l’abondance du vin qui change tout, mais l’abondance de la grâce, la présence de Jésus Christ. Par exemple, Jésus remplace l’obéissance tatillonne aux 613 commandements des juifs par l’enthousiasme de l’amour : « m’aimes-tu ? »


En écrivant que Jésus change l’eau en vin, saint Jean dit que Jésus change le boiteux en homme qui marche, le découragé en homme qui espère, le prisonnier en homme libre, l’homme qui vit exclu en homme réintégré, l’homme sans but en homme qui va vers Dieu, l’homme qui rumine ses rancunes et s’y enlise en homme qui pardonne et va de l’avant… Oui, quand Jésus entre dans nos vies, le monde ancien s’en va, un nouveau monde est là.

Mais le Christ ne fait rien sans les hommes. C’est pourquoi Marie nous avertit : si vous voulez que le maître miséricordieux vous transforme, « faites ce qu’il vous dira ». La preuve que la vie est changée quand on fait ce que Jésus dit, c’est que tout est changé quand interviennent des grands comme Mère Teresa, l’abbé Pierre, le P Pedro… et des discrets comme vous. Si nous pouvions faire toujours ce que dit Jésus, nous inonderions le monde de joie  ! C’est notre manque de fidélité qui empêche le Christ de mettre sa joie dans le monde. On le voit ; ce n’est pas aux autres de se convertir ; c’est à nous de changer notre eau en vin, notre tiédeur en ferveur, notre indifférence en fraternité … en faisant ce que dit le Christ !

Méditer avec l’émission Parole pour un dimanche sur RCF

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque semaine toute l'actualité catholique en Nord Franche-Comté

S'INSCRIRE

Je recherche