Vœux perpétuels des sœurs au Vietnam

Actualités

Publié le 22 juillet 2022

Sœurs Amantes de la croix : Mai, Huong et Vinh ont vécu ce 7 juillet 2022 leur vœux perpétuels au Vietnam. Nous les avons rencontrées pour parler de leur engagement. Elles retrouveront à la rentrée leurs missions dans notre diocèse.

Regardez la messe des vœux perpétuels :

La cérémonie est composée en deux parties. Pendant la première partie, des sœurs font des vœux temporaires. La célébration des vœux de Vinh, Mai et Huong commence à 1:09:58

Interview des soeurs pour la Vie diocésaine de juillet

Chères sœurs, pouvez-vous vous présenter ?


Mai : J’ai 39 ans et je suis née à Nghệ An au Vietnam, dans une famille de quatre frères et sœurs, je suis la cadette de la fratrie. Mon papa est décédé quand j’avais quatre ans et demi. Ma famille est catholique et pratiquante, mon frère aîné est devenu bénédictin.
Huong : J’ai 34 ans. Je suis née dans un village éloigné d’environ 60 km de la maison mère de notre congrégation. Mes parents ont trois filles et trois garçons, je suis l’aînée des filles.
Vinh : J’ai 36 ans, je suis née dans le même village que Mai, dans une grande famille : j’ai 6 frères et une petite sœur.


Qu’est-ce qui vous as donné envie de vous engager dans la vie religieuse ?


Mai : Même si j’ai perdu mon papa, j’ai été très aimée par ma maman et mes frères et sœurs. Mais quand j’étais petite, j’ai été au contact des enfants handicapés qui n’avaient pas de famille. J’avais envie de me donner à eux et j’ai su que les sœurs Amantes de la Croix s’occupaient des enfants. J’ai compris plus tard que c’est par ces enfants que le Seigneur m’attirait à lui, pour le suivre dans la vocation religieuse.
Huong : je voulais donner à Dieu tout mon être, corps et esprit. Quand j’avais neuf ans, j’ai rencontré des sœurs qui étaient très douces, je voulais vivre comme elles ! Par la suite, j’ai compris que Dieu me voulait dans une autre congrégation. Aujourd’hui, Dieu m’appelle pour servir mes frères et sœurs en France et être le signe visible de sa présence dans ce pays où la vie religieuse a diminué. Je le sens très profondément dans la prière et par la façon dont les français m’encouragent de donner à Dieu ma vie.
Vinh : Quand j’étais petite, les sœurs Amantes enseignaient le catéchisme dans ma paroisse. Elles éclairaient mes journées comme le soleil et je voulais devenir comme elles. J’ai encore les visages de ces sœurs comme imprimés dans mon cœur.


Quel aspect des vœux que vous allez prononcer ce 7 juillet pour vous engager définitivement ré-sonne le plus fort pour vous ?


Tous les trois vœux que nous prononcerons sont importants pour nous car ils façonnent notre façon d’être dans le monde et notre relation aux autres.
Mai : La chasteté m’apprend à aimer les autres comme ils sont, avec un respect infini. Avec l’obéissance j’apprends à ne pas dominer les autres et à mettre ma confiance en Dieu. Nos vœux ne nous rendent pas différentes des autres baptisés, tous appelés à être prêtre, prophète et roi. Je m’engage pour que les autres connaissent Dieu et se sentent aimés de Dieu.
Huong : pour moi, l’obéissance c’est la liberté dans le don de moi-même.
Vinh : Je suis infirmière. Quand j’étais en activité au Vietnam, je faisais de mon mieux pour donner joie et amour à mes frères et sœurs malades et âgés. C’est grâce à l’obéissance que, ce don de soi, don de l’amour est possible face à la fatigue, jour après jour.
Nous savons que beaucoup de Français nous accompagnent par la prière, continuez ! La célébration de nos vœux perpétuels aura lieu le 7 juillet à 7h du matin pour nous (2h du matin en France).

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque semaine toute l'actualité catholique en Nord Franche-Comté

S'INSCRIRE

Je recherche